Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus
Accueil > Tous les articles > Etonnante mélatonine

Etonnante mélatonine

Retour
7 sommeil

L’hormone du sommeil, comme on l’appelle, s’avère de plus en plus indispensable. Et pas seulement pour le sommeil. Covid-19 oblige, des recherches se sont même penchées sur son rôle face au vilain virus. Petit survol.

La mélatonine, on le sait, c’est cette hormone qui nous permettrait de dormir d’un sommeil réparateur. Synthétisée durant la nuit, elle est au coeur de notre chronobiologie. Sécrétée au départ de la sérotonine (elle-même impliquée dans nos humeurs) par la glande pinéale, ou épiphyse, lorsque la lumière baisse. Amusant: la glande pinéale est parfois surnommée le troisième oeil. Dans de nombreuses espèces animales, les variations de la durée de la production de la mélatonine sont un important repère biologique de la saison. Le profil de la mélatonine étant influencé par la différence de durée de la nuit selon les saisons, la mélatonine endogène est un des signaux déclenchant des fonctions liées aux saisons, comme la reproduction, certains comportements, les modifications du pelage, par exemple.

Saviez-vous que les bêta-bloquants, qui causent parfois des insomnies, bloquent la sécrétion nocturne de mélatonine? Ou que l’agomélatine, un antidépresseur, agit via les récepteurs mélatoninergique? Ou encore que la sécrétion de mélatonine pourrait être diminuée chez les femmes souffrant de syndrome prémenstruel… lequel est connu pour entraîner des troubles du sommeil? 

Pas seulement le sommeil  

Mais de nombreux systèmes physiologiques sont influencés aussi. Des recherches ont ainsi montré que des mutations du gène de la mélatonine pouvaient être associées non seulement à des troubles du sommeil, mais aussi à des troubles de la glycémie ou de la régulation du poids. La mélatonine agirait par ailleurs tel un antioxydant, et serait impliquée dans les systèmes de protection cellulaire des organismes. Elle soutiendrait l’immunité, et des recherches ont montré que combinée au calcium elle aide la réponse immunitaire des lymphocytes. 

Jusqu’à la Covid-19?

Mieux encore… Durant la pandémie de coronavirus, des chercheurs ont fait différentes observations. Ainsi, selon la Cleveland Clinic, les patients prenant de la mélatonine auraient moins souvent un test PCR positif. Cette observation pourrait bien sûr être simplement liée au fait que ces patients prennent globalement mieux soin de leur état de santé. Plus récemment, on a aussi observé que la mélatonine serait associée à un meilleur pronostic pour les patients sous ventilation mécanique pour Covid-19. Ceci pourrait être lié à un certain effet anti-inflammatoire de la mélatonine. Dans la revue Sleep medicine, en tout cas, plusieurs articles appellent à ne pas négliger cette piste pour améliorer les troubles du sommeil et l’anxiété chez les patients Covid-19. Ainsi, un collectif de chercheurs italiens a appelé «compte tenu de son innocuité», à considérer la mélatonine comme «un agent de première ligne pour traiter les troubles du rythme veille-sommeil et de la conscience afin de minimiser l’administration de molécules qui peuvent aggraver le délire chez les personnes âgées ou la dépression respiratoire centrale comme les benzodiazépines ou les antipsychotiques». 

Référence: Delirium and sleep disturbances in COVIDe19: a possible role for melatonin in hospitalized patients? Sleep Medicine 70 (2020) 111


Cet article a été réalisé par

Vous l'avez aimé ? Rendez-vous sur leur site !


Article réalisé par Letz be healthy
Voir plus d'articles

Contactez-nous